vendredi 14 octobre 2016

NOUVELLE FICHE: Pavillon L'Art de Vivre





Plusieurs raisons peuvent expliquer la faible participation des industries à l’Expo ‘67, mais une des raisons principales était les limites budgétaires de la petite et moyenne entreprise. Or, au Canada, c'est justement ce type d’entreprise qui s’est le plus développé dans les années 1950 et 1960. Pour celles-ci, la construction d’un pavillon à l’Exposition était tout simplement impossible, et ce pour des raisons budgétaires évidentes. C’est pourquoi, afin de faciliter la présence des industries et commerces canadiens à l’Expo, on monta un projet de pavillon dédié qui pourrait ainsi accueillir à coût raisonnable, ces entreprises. On nomma ce pavillon « l’Art de Vivre » mais il décéda en octobre 1965…









Pour obtenir la fiche : .pdf 17 pages

mercredi 12 octobre 2016

Nouvelle Fiche - Le Palais du commissaire général


Pierre Dupuy méritait-il un palais? Si l’on se fie aux journalistes de la période, l’idée de construire une résidence officielle pour le commissaire général sur le site de l’Expo ’67 (Cité du Havre) n’a pas été très bien reçue et a fait même l’objet de plusieurs commentaires fort critiques à l’égard du projet. D’ailleurs celui-ci sera modifié trois fois en quelques mois, mais sans succès.










Pour obtenir le document: .Pdf 38 pages

lundi 10 octobre 2016

Nouvelle fiche: Le Palais du Travail (non-construit)






Un des grands absents à l’Expo ’67 fut certainement le mouvement ouvrier. Et pourtant, deux projets ont été proposés et acceptés par la direction de l’Expo – celui du Congrès du travail du Canada (CTC), regroupant les syndicats sur une base nationale ainsi que le projet conjoint de la Confédération des Syndicats Nationaux (CSN) et de la Fédération des Travailleurs du Québec (FTQ) et aucun ne s’est réalisé…











Pour obtenir la fiche: .Pdf 15 pages

mercredi 21 septembre 2016

LES FILMS À L’EXPO ‘67

Document produit par le service de Relation avec la presse pour les journalistes. Il contient un descriptif des principaux films et spectacles de diapositives visionnés lors de l’Expo






Pour obtenir le document: .pdf: 47 pages

dimanche 18 septembre 2016

L’HISTOIRE DE L’EXPO 67 – VOL. 1 & 2

Documents officiels publiés par le service des Relations publiques de l’Expo ‘67






Ces deux documents furent produits pour les journalistes qui couvraient les derniers jours de l’Expo afin de leur fournir du matériel pour leurs articles. Bien que très succinct, ils demeurent  néanmoins très intéressant. Malheureusement, cette version est en anglais - je cherche toujours la version française – dès que je mets la main dessus, je les publierai ici.











Pour obtenir une copie: .pdf  64 pages












Pour obtenir une copie : .pdf 61 pages 

samedi 25 juin 2016

ORIGINE DU THÈME « TERRE DES HOMMES »

J’aimerais corriger une erreur historique qui m’énerve : le thème de l’Expo ’67 – TERRE DES HOMMES – n’a pas été trouvé lors de la Conférence de Montebello, au printemps 1963 mais par le groupe de travail mis sur pied en septembre 1962 afin de rédiger les documents de mise en candidature pour le Bureau international des expositions (BIE) – soit près de six mois, avant le groupe de travail de Montebello. Je retrouve cette erreur partout.



La conférence de Montebello regroupait des intellectuels et des artistes afin d’OPÉRATIONALISER le thème général.

Déjà en octobre 1962, on annonçait aux Montréalais que le thème de l’Expo serait TERRE DES HOMMES. Il est obligatoire de mentionner le thème de l’Exposition lorsqu’un pays dépose une candidature au BIE.

Voici le document officiel de la Société de l’Expo présentant les résultats des travaux de Montebello. Ce document a été préparé pour les ambassadeurs des pays participants ainsi que les dirigeants des grandes corporations invitées à participer à l’Expo.











Pour en obtenir une copie :  Thème Doc 1

jeudi 11 février 2016

NOVELLE FICHE : L’HOMME ET SON ESTOMAC

Les restaurants et bars de l’Expo. Avec 74 restaurants et 78 casse-croûtes, les visiteurs de l’Exposition avaient un choix fantastique pour découvrir les cuisines du monde. Plus de 8,000 personnes y travaillaient (dont moi-même!). La qualité, la variété et la quantité de l’ensemble des plats offerts dans les restaurants et casse-croûtes ont permis d’éviter les problèmes qu’avait connue la Foire de New York, en 1964-65. Plusieurs des grands succès de l’Exposition de Bruxelles (1958) se sont retrouvés à Montréal, pour le bonheur de tous. Mais ce dont les visiteurs se souviennent le plus, ce sont deux gâteries : les gaufres liégeoises, avec une montagne de crème fouettée et de fraises ainsi que les Bo-Bo, ces petites boules polynésiennes qu’on s’arrachait.

C’est aussi un livre de recettes non officiel de l’Expo ’67 – en effet, plusieurs chroniqueurs alimentaires pour les journaux montréalais ont obtenu des chefs quelques-unes de leurs recettes des plats servis à leur restaurant. On retrouvera ces recettes dans ce document – TEL QUEL – sauf pour ce qui est de la traduction de certaines d’entre elles.




Ce fut, pour le Montréalais, un ensemble de découvertes culinaires qui sont aujourd’hui banales tant la ville est devenue cosmopolite au niveau de ses restaurants et bistro. Les visiteurs de l’Expo aimaient manger et les Montréalais aimaient (et aime toujours) partir à la découverte culinaire…









Pour obtenirr la fiche : 273 pages