mardi 22 mai 2018

Terre des Hommes - Au Jour le Jour - 22 mai 1968

MERCREDI 22 MAI 1968






Résultat des invocations ou des invectives, le soleil brille enfin sur la Terre des Hommes toute la journée. Les services de l'aménagement en profitent pour mettre la dernière main aux travaux de certains pavillons qui ne sont pas encore ouverts au public.

La coupe Stanley, remportée pour la nième fois par les Canadiens de Montréal, est exposée en bonne place au pavillon du Québec. Dans la niche où on l'a placée, la coupe, symbole du championnat mondial dans le hockey professionnel, devient un crève-cœur devant l’ex-pavillon de l'Ontario devenu « Mon pays c’est l'hiver »

L'incident de la journée: un jeune visiteur de 21 ans de Burlington, en Ontario est accuse d’avoir volé un drapeau au pavillon de l'Iran. La raison de son geste: il collectionne les souvenirs.

47,010 visiteurs ont profité du beau temps pour visiter l'exposition. Ce jour-là Ed Sebestyen écrit dans le « Star-Phoenix » de Saskatoon: « Il n’y a plus a en douté, L'Expo revit… les attractions sont là, pour les anciens visiteurs comme pour les nouveaux. Un visiteur résume sa journée en disant : « On a l'impression de revoir un ami. »


La Pologne, absente en 1967, participe à Terre des Hommes avec la collaboration de la Chambre du Commerce extérieur de Varsovie - elle occupe l'ancien pavillon du Vermont, au grand dam du gouverneur de l'État qui ne voit pas d'un bon œil l'occupation de son bâtiment par un pays communiste...







La Coupe Stanley retourne à Montréal en 1968 
et est exposée dans le pavillon du Québec 



Le Parc Notre-Dame est dorénavant un lieu de sport et de repos, avec des spectacles de ski nautique et des compétitions de pêche













Même les employés de TDH se permettent de taquiner la truite durant leur période de repos





Mais c'est dans les canaux de l'île Notre-Dame que l'on voit le plus de poisson - d'énormes carpes, échappées des bassins du pavillon de l’Allemagne - leurs descendants s'y trouvent toujours aujourd'hui!



                               Photos Ville de Montréal


lundi 21 mai 2018

Terre des Hommes - Au Jour le Jour - 21 mai 1968

MARDI 21 MAI 1968





Le soleil brille pour la première fois depuis l’ouverture, mais pas assez longtemps pour amener plus de 32,487 visiteurs aux tourniquets de la Place d’Accueil, de la station du métro et de La Ronde. Parmi eux se trouve le maire Kenneth A. Schmied, de Louisville dans le Kentucky, accompagné de 15 hommes d'affaires et industriels de sa ville.

Plusieurs visiteurs prennent le chemin du pavillon Kodak où 50 projecteurs "carrousels 800", chargés de 81 diapositives chacun, projettent sur deux écrans rectangulaires et huit écrans carrés au rythme d’une photo à toutes les 15 secondes, 4050 images de toutes sortes, constituant une mosaïque de couleurs et de sujets, totalement différente du spectacle présenté pendant l’Expo 67  sur un écran d’eau.





              Le pavillon du Mexique est ses Mariachis est toujours aussi populaire






L'ex pavillon des Nations-Unis reçoit cet année une exposition 
philatélique au sein de son auditorium









                                   Photos: Ville de Montréal


dimanche 20 mai 2018

Terre des Hommes - Au Jour le Jour - 20 mai 1968

LUNDI 20 MAI 1968



Quatrième jour de pluie…  60,474 visiteurs franchissent quand même les tourniquets. Un grand nombre d’entre eux sont des enfants qui ont pris le chemin des iles comme une volée d’étourneaux, à l’occasion du congé de la reine Victoria. Les Montréalais y viennent aussi nombreux. L’un d’eux, Jean Landry, a visité l’Expo 67 cinquante fois. Apres une première promenade à la Terre des Hommes, il confie à Roger Newman du "Globe and Mail", de Toronto: "Je reviendrai aussi souvent que l'an passé".

Cet enthousiasme est partage par plusieurs, spécialement les journalistes invites. Stuart Trueman, directeur du "Telegraph-Journal" de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, écrit: "C’est encore le plus grand spectacle au monde, immense, magnifique, d’une vie extraordinaire". Alan C. Miles, de l’"Evening Journal", de Wilmington, dans le Delaware, voit Terre des Hommes comme "une exposition qui a gardé les caractéristiques et la grandeur de l’Expo 67, tout en offrant de l'originalité et des perspectives nouvelles". Le Devoir note: "La première vision vous rajeunit vraiment d’un an…, Il y a d'heureuses surprises."

Il n’en fallait pas moins pour soutenir le moral des dirigeants de l'exposition mis à rude épreuve par la persistance du mauvais temps. Dans certains bureaux, le Ciel est d’ailleurs pris à témoin de façons vigoureuse et fort peu orthodoxe..!



Visite à Terre des Hommes de Pierre-Eliott Trudeau, 
nouvellement premier ministre du Canada












La "Trudeaumanie" bat son plein et les admiratrices du PM 
le font savoir à leur façon....



Photos: Ville de Montréal

samedi 19 mai 2018

Terre des Hommes - Au Jour le Jour - 19 mai 1968

DIMANCHE 19 MAI 1968




C’est la première des journées spéciales a la Terre des Hommes; les Canadiens originaires de la Pologne sont en vedette. En dépit du temps pluvieux qui persiste depuis l'ouverture, des milliers de spectateurs assistent aux célébrations qui marquent le 177e anniversaire de la première constitution polonaise adoptée le 3 mai 1791. Le Congres polonais-canadien fait don à la Ville· de Montréal de la statue de Copernic, œuvre du sculpteur danois Thorvaldsen, qui ornait une place de l'ile Sainte-Hélène  pendant l’Expo 67. Un spectacle de danses et de chants polonais dans l'amphithéâtre de la Place des Nations rempli à capacité  fait suite à la cérémonie.

Une foule de 142,642 visiteurs envahit les terrains pendant ce premier dimanche de Terre des Hommes. Le total des trois premiers jours se chiffre par 366, 010, soit 130. 7 % des prévisions officielles.

Deux pavillons semblent attirer la plus grande affluence. La Biosphère - ex-pavillon des Etats-Unis, qui comprend une volière de $ 1,000,000 - la deuxième en importance dans le monde, avec plus de 3OO oiseaux de 70 espèces différentes - et des jardins à la française réalises par le Jardin botanique de Montréal. Le deuxième est celui des Belles d’Autrefois, dans l'ancien pavillon de la Grande-Bretagne, où est exposée une collection unique de 49 voitures, témoins authentiques des débuts de l'automobile.



LES BELLES D'AUTREFOIS (Ancien pavillon Grande-Bretagne)



















                                Photos: Ville de Montréal


COMMUNIQUÉS DE PRESSE





1- Cars of yesteryear 

2- The art of automobilecollecting

3- Cars of yesterday popular with both the young and not so young