samedi 25 juin 2016

ORIGINE DU THÈME « TERRE DES HOMMES »

J’aimerais corriger une erreur historique qui m’énerve : le thème de l’Expo ’67 – TERRE DES HOMMES – n’a pas été trouvé lors de la Conférence de Montebello, au printemps 1963 mais par le groupe de travail mis sur pied en septembre 1962 afin de rédiger les documents de mise en candidature pour le Bureau international des expositions (BIE) – soit près de six mois, avant le groupe de travail de Montebello. Je retrouve cette erreur partout.



La conférence de Montebello regroupait des intellectuels et des artistes afin d’OPÉRATIONALISER le thème général.

Déjà en octobre 1962, on annonçait aux Montréalais que le thème de l’Expo serait TERRE DES HOMMES. Il est obligatoire de mentionner le thème de l’Exposition lorsqu’un pays dépose une candidature au BIE.

Voici le document officiel de la Société de l’Expo présentant les résultats des travaux de Montebello. Ce document a été préparé pour les ambassadeurs des pays participants ainsi que les dirigeants des grandes corporations invitées à participer à l’Expo.











Pour en obtenir une copie :  Thème Doc 1

jeudi 11 février 2016

NOVELLE FICHE : L’HOMME ET SON ESTOMAC

Les restaurants et bars de l’Expo. Avec 74 restaurants et 78 casse-croûtes, les visiteurs de l’Exposition avaient un choix fantastique pour découvrir les cuisines du monde. Plus de 8,000 personnes y travaillaient (dont moi-même!). La qualité, la variété et la quantité de l’ensemble des plats offerts dans les restaurants et casse-croûtes ont permis d’éviter les problèmes qu’avait connue la Foire de New York, en 1964-65. Plusieurs des grands succès de l’Exposition de Bruxelles (1958) se sont retrouvés à Montréal, pour le bonheur de tous. Mais ce dont les visiteurs se souviennent le plus, ce sont deux gâteries : les gaufres liégeoises, avec une montagne de crème fouettée et de fraises ainsi que les Bo-Bo, ces petites boules polynésiennes qu’on s’arrachait.

C’est aussi un livre de recettes non officiel de l’Expo ’67 – en effet, plusieurs chroniqueurs alimentaires pour les journaux montréalais ont obtenu des chefs quelques-unes de leurs recettes des plats servis à leur restaurant. On retrouvera ces recettes dans ce document – TEL QUEL – sauf pour ce qui est de la traduction de certaines d’entre elles.




Ce fut, pour le Montréalais, un ensemble de découvertes culinaires qui sont aujourd’hui banales tant la ville est devenue cosmopolite au niveau de ses restaurants et bistro. Les visiteurs de l’Expo aimaient manger et les Montréalais aimaient (et aime toujours) partir à la découverte culinaire…









Pour obtenirr la fiche : 273 pages

jeudi 26 novembre 2015

NOUVELLE FICHE : PAVILLON DE CUBA

La principale cible d’attaque terroriste sur le site de l’Expo ’67, avec quelques tentatives pour le faire sauter et une bombe qui explosa tout près le 31 mai 1967 – pourtant, bien qu’il fût relativement petit, l’achalandage fut continuel. Que l’on soit d’accord avec la révolution cubaine ou non, il fallait absolument visiter ce pavillon, ne serait-ce que pour y déguster une excellente crème glacée « Coppelia ».















Bonne lecture : Fiche en .pdf (60 pages) 

lundi 2 novembre 2015

NOUVELLE FICHE – PAVILLON DU CANADA

Finalement… j’y travaille depuis le mois de mai et je me demandais s’y je réussirais à la terminer avant de me décourager – une fiche énorme (696 pages) pour un pavillon énorme. Mais c’était aussi le pays hôte, donc il y a tant de choses à conter…




Il faut être patient par ce qu’en plus d’être un document volumineux, il y a plus d’une centaine de photos, donc le fichier est relativement gros.

Bonne lecture  












dimanche 19 juillet 2015

NOUVELLE FICHE – RÉPERTOIRE DES SCULPTURES EXTÉRIEURES DE L’EXPO ‘67

OUF! Lorsque j’ai commencé ce répertoire des œuvres présentées sur les terrains de l’Expo ’67 (avec quelques-unes situées dans les pavillons), je croyais pouvoir en faire un catalogue complet, mais force est d’admettre qu’après plus de quatre ans de recherche, je n’y arriverai pas. Malgré tout, près de 90% des œuvres sont répertoriées – certaines demeurant sans l’identification de l’artiste par contre.


Les sculptures et murales sont présentées selon le lieu d’exposition (Cité du havre, île Ste-Hélène, île Notre-Dame et La Ronde). À l’aide du plan du site, chacune des œuvres est situés à son endroit d’exposition en 1967. Lorsque c’est possible, le devenir de l’œuvre est aussi précisé bien que plusieurs de celles-ci provenaient de collection privée. Ce document demande à être amélioré et il le sera au fur et à mesure que de nouvelles informations ou sculptures feront surface.



Il est IMPORTANT si vous avez des photos d’œuvres non répertoriées de me les faire parvenir s.v.p. ainsi que le nom de l’artiste ou de l’œuvre lorsque celui-ci est manquant dans la fiche. De plus, si vous avez une illustration de meilleure qualité que celle utilisée, j’aimerais aussi en avoir une copie! villes.ephemeres@gmail.com

Bonne lecture  









Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

mercredi 24 juin 2015

NOUVELLE FICHE – LE GYROTRON



Ennuyeux, perte d’argent, éléphant blanc de l’Expo ’67 – c’est une bonne façon de résumé les commentaires des journalistes au sujet du Gyrotron. Mais il y a une explication à tout cela : on a construit seulement que 50% du manège à cause des coûts élevés – fini le tunnel sous le lac des Dauphins, entre autres. Et pourtant, à la fermeture de l’Expo, en octobre 67, le manège le plus populaire de La Ronde (et le plus payant pour l’Expo) est le Gyrotron…










Petite fiche de 40 pages (.pdf) mais bourrée d’information 




samedi 13 juin 2015

NOUVELLE FICHE : ALLEMAGNE DE L’OUEST


De toutes les participations officielles à l’Expo ’67, la plus politique fut certainement celle de la République fédérale d’Allemagne. Pas à cause du contenu du pavillon ni des activités culturelles associées à la participation de l’Allemagne de l’Ouest – en fait, le visiteur n’a probablement rien vu de politique lors de sa visite, tout était beaucoup plus subtil que ça. 














Fiche en .pdf